Google+

— Bière à la main

Comment fabriquer son refroidisseur ?

Refroidir sa bière en devenir est une étape clé et ô combien délicate. Pour la franchir avec brio, autant être bien équipé et disposer d’un refroidisseur de compèt’. On peut en trouver dans le commerce mais les plus courageux radins d’entre vous auront sûrement envie de le faire eux-même. Pour vous, aventuriers du DIY, voici la marche que nous vous proposons de suivre.

Un refroidissement rapide du moût à la sortie de la cuisson avant l’ensemencement avec les levures est le gage d’une bière réussit. En effet, en dessous de 70°c, le moût peut-être infecté par une bactérie ou une levure sauvage indésirable pouvant donner un goût de vinaigre à la bière. Il est donc impératif de trouver une solution pour faire rapidement diminuer la température de son moût d’environ 110°c à 25°c maximum avant de pouvoir ajouter les levures. Et ce afin de diminuer sensiblement les risques d’infection. Une fois à bord, les levures auront vite fait de se propager dans ce milieu riche en sucre sans être dérangées par des voisins un peu trop envahissants. Si on peut trouver dans le commerce spécialisé des refroidisseurs à plaque adaptés au brassage amateur, nous allons voir qu’il est également possible de fabriquer, sans réel talent de bricoleur, un serpentin de refroidissement en cuivre, et ce avec peu de matériel et des matériaux que vous trouverez dans n’importe quelle grande surface de bricolage.

LE MATOS

Un tuyau de cuivre recuit de 10 mètres de long et de 10 mm de diamètre. Le cuivre à l’avantage de ne pas être contre-indiqué au contact alimentaire, d’être résistant et surtout d’être un très bon conducteur de chaleur. J’insiste particulièrement sur le fait qu’il doit s’agir de cuivre recuit ; c’est à dire qu’il a subit un traitement thermique permettant de le mettre en forme à la seul force de ses petits bras. Des fixations double pour tuyau de 10 mm de diamètre. Toujours au rayon plomberie, ces fixations servent à l’origine à fixer les tuyaux de cuivre le long d’un mur. Il vous en faudra une vingtaine environ qui pourront être réutilisées à la fin du montage. Ces deux joints d’étanchéités ont été découpés dans un moule à gâteau en silicone. Ce matériau est à la fois souple et particulièrement résistant à la chaleur. Un trou de 10 mm (diamètre de votre tuyau de cuivre) a été percé dans chacun de ces joints à l’aide d’un compas-cutter que l’on peut trouver dans les boutiques de beaux-arts. Un collier ajustable en inox convenant pour du diamètre 12 (ici 9 à 18 mm) Un tuyau souple d’un diamètre interne de 10 mm, et de 12mm à l’extérieur (rayon jardinage). Prenez au moins 1 m, mais la longueur dépend de l’aménagement de votre logement et de ce que vous voulez faire de l’eau de refroidissement. Un raccord sans soudure pour tuyau diamètre 10 et avec filetage (ici du 10×17) Un tuyau tressé inox d’environ 1m avec des raccords fileté femelle (10×17) Un raccord fileté pouvant être monté en lieu et place du bec de votre robinet (ici 20×27) et disposant d’un filetage mâle 10×17.

LA BRICOLE

Une fois avoir fait vos courses chez Casto, vous pouvez entamer les choses sérieuses, voici la marche à suivre. Etape 1. Il faut d’abord redresser l’une des deux extrémités de votre tuyau en cuivre de façon à peu près rectiligne sur environ 50 cm. Je rappel que le cuivre recuit se travaille à l’huile de coude. Etape 2. Faites passer cette extrémité au milieu de la couronne de cuivre. Attention tout de même à ne pas faire d’angle trop abrupte avec le cuivre pour ne pas aplatir une section de tuyau, celui-ci ne remplirait plus bien sa mission. Etape 3. Enfin faites ressortir cette extrémité de l’autre côté de la couronne. Ce sera la sortie d’évacuation de l’eau de refroidissement. Etape 4 à 6. En partant de cette extrémité, resserrez chaque boucle de la couronne de manière à ce qu’elle puisse rentrer très largement dans un seau de fermentation. Les colliers doubles servent à maintenir les boucles entre elles. Vous devez en poser un tous les deux tiers de boucle environ. La deuxième extrémité doit être orientée vers le haut, ce sera l’arrivée d’eau. J’attire votre attention sur le fait que pour un fonctionnement optimal, l’arrivée d’eau (froide) doit être en haut puisque lors du refroidissement, le moût le plus chaud aura tendance à remonter vers le haut par convection naturelle. Etape 7. Contrairement à ce que j’ai fait ici, il faut enfiler un joint d’étanchéité en silicone sur chacune des extrémités avant de mettre en place le tuyau souple et son collier qui servira de sortie d’eau. Etape 8. Le raccord sans soudure est monté sur l’autre extrémité. Il suffit de suivre le schéma fournit avec. Serrez bien ce raccord, il doit être étanche et n’a pas de raison d’être démonté par la suite. Etape 9. On visse dessus le tuyau avec tresse inox. Là aussi serrez bien pour éviter les fuites. Etape 10. Ce tuyau souple est équipé à l’autre bout du raccord permettant de le fixer en lieu et place de votre bec de robinet. Etape 11. Un couvercle pour fût de fermentation a été spécialement percé pour laisser passer l’entrée et la sortie d’eau. Comme il peut arriver que quelques gouttes perlent le long des raccords, les joints en silicone sont complétés de disques en plastique découpés au compas-cutter. Ainsi, aucune goutte ne tombera dans le moût particulièrement vulnérable aux contaminations pendant le refroidissement.

LA TOUCHE FINALE

Les colliers double peuvent maintenant être enlevés. En effet, les conserver rendrait le nettoyage plus difficile et aurait tendance à favoriser l’oxydation autour d’eux. le refroidisseur est terminé. Le tuyau d’arrivée d’eau peut simplement être vissée en lieu et place du bec de votre robinet. Attention à ne pas trop forcer sur le serrage pour ne pas détériorer les filets. Ces raccords ont vocation a être montés et démontés assez fréquemment. Tous les éléments du couvercle anti-goutte sont en place. Vous voyez, faire un refroidisseur est à la portée de n’importe quel sot ! (mais le sot n’est pas forcément celui qu’on croit)

ET QUESTION ENTRETIEN MA PTITE DAME ?

Ce refroidisseur ne nécessite pas de réel entretien. Evitez simplement de le stocker dans un lieu humide, et surtout, ne le nettoyer ni à l’eau de javel, ni au chimi-pro. En effet ces produits (chloré ou particulièrement oxydant) détérioreraient très rapidement le cuivre du refroidisseur. Rincez le bien après utilisation. Nettoyez le simplement à l’éponge et éventuellement au liquide vaisselle avant utilisation pour le dépoussiérer et retirer les éventuels résidus d’un précédent brassin. Plongez le ensuite dans le moût encore chaud et laissez le au moins 10 minutes avant d’ouvrir le robinet d’eau froide. En effet, les bactéries et autres levures sur le refroidisseur ne survivront pas plus de 10 minutes à une température supérieure à 70°c.

2 comments
  1. Soapmaker says: 6 août 20137 h 23 min

    Bonjour,
    Grand amateur de terroir (bière en l’espèce), je me suis mis en tête de fabriquer mon propre nectar ; je passe donc des heures à lire toutes sortes de sites, de livres, de blogs, etc… je prends la peine de vous saluer, de vous remercier car vos quelques postes sont un régal. Force détails, photos, et une belle qualité de rédaction avec humour et sérieux. Voilà, quand c’est bien, il faut le dire ! (message à ma femme au passage).
    Et, non, je n’ai pas d’activité savonnière, mon pseudo fait référence à Tyler, personnage déjanté d’un film culte de David Fincher…

  2. Yann says: 5 août 20186 h 20 min

    Merci pour ce refroidisseur facile à fabriquer.

Submit comment